Chauffage : attention aux intoxications au monoxyde de carbone

Publié le Mercredi 8 Novembre 2017

A l'approche de l'hiver et avec la baisse des températures, l'ARS (Agence Régionale de Santé) met en garde contre les risques d'intoxications au monoxyde de carbone et rappelle quelques gestes de prévention.

Le monoxyde de carbone (CO) est la première cause de mortalité par intoxication en France. Près de 8 intoxications sur 10 ont lieu dans l’habitat. En région Grand Est, 131 épisodes d’intoxications par le monoxyde de carbone ont été enregistrés au cours de la dernière période hivernale, exposant 292 personnes et provoquant 3 décès.
Face à ces accidents pour la plupart évitables, l’Agence Régionale de Santé (ARS) se mobilise en diffusant une information destinée à prévenir les situations à risque. Le monoxyde de carbone est un gaz inodore, incolore et non irritant. Il est donc indétectable sans appareil de mesure.

Les conseils pour éviter les intoxications :

Avant l’hiver, faites impérativement entretenir vos appareils de chauffage et de production d’eau chaude à combustion par un professionnel qualifié, la réglementation l’oblige. Faites ramoner, chaque année, les conduits d’évacuation des fumées par un professionnel qualifié, quel que soit le combustible utilisé.
Ne vous chauffez jamais avec des appareils non destinés à cet usage (réchauds de camping, fours, brasero, barbecues, cuisinières, etc.).
N’utilisez sous aucun prétexte un groupe électrogène dans un lieu fermé (maison, cave, garage...) : ils doivent impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments.
N’utilisez jamais de façon prolongée un chauffage d’appoint à combustion.
Aérez quotidiennement votre habitation et n’obstruez jamais les grilles de ventilation, même par temps froid.

Que faire en cas d’accident dû au monoxyde de carbone ?

Les symptômes de l’intoxication sont : maux de tête, nausées, confusion mentale, fatigue. En cas de soupçon d’intoxication, il est recommandé d’aérer les locaux, d’arrêter si possible les appareils à combustion, d’évacuer les locaux et d’appeler les secours en composant le 15, le 18 ou encore le 112. Face à une intoxication aiguë, la prise en charge doit être rapide et justifie une hospitalisation spécialisée.

Anne DIDIER

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire