Le Thillot : Marie-Antoinette Mourot poursuit sa grève de la faim

Publié le Lundi 20 Février 2017

Depuis vendredi soir, jour et nuit, Marie-Antoinette Mourot, une femme de 54 ans originaire de Cornimont mais résidant à Nice, fait la grève de la faim devant le bureau de poste du Thillot. « De victime, je suis passée à escroc » nous précise Marie-Antoinette Mourot, prise depuis 2015 dans le tourbillon d'une affaire d'escroquerie au centre de laquelle se trouve la société portugaise GetEasy.

 

Cette société basée à Monaco aurait escroqué près de 300 000 personnes dans le monde avec le système de la pyramide de Ponzi, système qui consiste à rémunérer les premiers investisseurs en puisant dans les dépôts d'investisseurs ultérieurs, sans réelle création de valeur.*

 

Et parmi ces investisseurs, il y a donc Maire-Antoinette Mourot. Après avoir porté plainte pour elle et plusieurs de ses proches, elle a pu récupérer un chèque de 69 000 euros. Chèque qu'elle a encaissé sur son compte à la Banque postale afin d'effectuer des virements à d'autres personnes abusées. Sauf qu'en janvier 2016, elle est condamnée pour utilisation frauduleuse de chèque. Condamnation dont elle a fait appel devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence. Et c'est pour étayer son dossier qu'elle réclame à la Banque postale un bordereau prouvant que ses comptes ont été bloqués après avoir encaissé les 69 000 euros.

 

Campée devant l'entrée principale du bureau de poste depuis vendredi soir, Marie-Antoinette Mourot a empéché son ouverture samedi matin. Ce lundi matin, après constatation par un huissier de justice mandaté par la Poste, elle s'est décalée de quelques mètres et le bureau a pu ouvrir. Marie-Antoinette Mourot a rencontré lundi soir le directeur territorial de la Banque postale, mais n'a finalement pas obtenu les documents nécessaires pour poursuivre son combat judiciaire. Elle poursuit donc sa grève de la faim. Elle ne mange plus depuis vendredi soir et ne boit plus depuis lundi matin.

 

Ludovic Bisilliat / Anthony Sap

 

* Une escroquerie connue du grand public depuis la condamnation en 2009 du New-Yorkais Bernard Madoff à 150 ans de prison.

 

Voir aussi le site du collectif de victimes de cette escroquerie : http://geteasy-way.eu

 

Laissez nous un commentaire

1 Commentaire

Remiremont
publié le 20/02/17 à 12h11
Je suis tout coeur avec elle je lui souhaite beaucoup de courage et j'espère que elle arrivera à avoir son bordereau