Crise énergétique : la CMA Grand Est interpelle les pouvoirs publics

Publié le Vendredi 2 Décembre 2022

Réunis en assemblée générale lundi dernier, les élus de la CMA, chambre de métiers et de l'artisanat du Grand Est ont largement discuté d'un sujet d'actualité particulièrement préoccupant : l’impact de la crise énergétique et la hausse du coût des énergies, qui menace parfois la pérennité de leurs entreprises, parfois déjà fragilisées par la crise sanitaire et le conflit russo-ukrainien.

 

Une motion visant à interpeller les pouvoirs publics a été votée à l'unanimité, elle s'articule en trois points, trois demandes :

1 | LA SIMPLIFICATION DES PROCéDURES NATIONALES ADAPTéES AUX TPE ARTISANALES

 

"Dans un contexte de crise et d’anxiété, il est impératif de déployer rapidement des mesures simples, efficaces et rapides" explique la CMA Grand Est. Les dispositifs s'avérant parfois "trop complexes dans leur mise en œuvre tant dans leur articulation, leurs critères d’éligibilité et les démarches administratives de mobilisation" malgré la volonté politique.

Les élus auraient notamment préféré et demandent l'application d'un bouclier tarifaire à toutes les entreprises artisanales plutôt que le dispositif complémentaire "amortisseur d'énergie" et rappellent que des dispositifs pérennes de soutien aux investissements seront nécessaires à moyen terme pour accompagner la transformation énergétique des activités artisanales.

2 | LE MAINTIEN DE LA RESSOURCE FISCALE AU RéSEAU DES CMA

 

Autre grief, "la baisse substantielle du reversement de la Taxe pour Frais au Réseau des Chambres de Métiers et de l’Artisanat de 15M€ dès 2023 et de 60M€ d’ici 2027" prévue par le projet de loi de finances 2023. "Si cette mesure était adoptée, les CMA de la Région Grand Est seraient dans l’incapacité de maintenir la qualité de leur accompagnement opérationnel quotidien aux artisans", d'autant plus dommageable en cette période de crise(s).

3 | LA VISIBILITé SUR L’éVOLUTION DU COUT éNERGETIQUE DANS UN CONTEXTE NATIONAL ET EUROPéEN

 

Dernier point d'inquiétude, l'impossibilité pour les petites entreprises artisanales de se projeter face à l'évolution des coûts de l'énergie notamment. Les élus de la CMA de Région Grand Est demandent ainsi aux pouvoirs publics "d’engager sans attendre les politiques stratégiques permettant de garantir un retour à un coût raisonnable des énergies et à leur stabilité dans le temps. Cette position doit être étendue aux négociations européennes et internationales compte tenu de l’interaction des économies au niveau mondial."

Crédit photo : CMA Grand Est

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire