Inégalités hommes-femmes : le Grand-Est mauvais élève, les Vosges s'en sortent (à peine) mieux

Publié le Jeudi 8 Mars 2018

Jeudi 7 mars, l'INSEE publiait les statistiques relatives aux inégalités hommes-femmes dans la sphère du travail. Des chiffres classés par département, relayés par les médias nationaux à l'occasion de la journée internationale du droit des femmes. Le Grand-Est se place parmi les régions où les écarts entre les sexes sont les plus importants de France.

 

Avec un taux d'emploi de 7,3 points inférieur à celui des hommes, le Grand-Est est la quatrième région de France où les inégalités d'accès au travail sont les plus importantes (après la Corse, les Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte-d’Azur, respectivement - 13,1, - 9,0 et - 8,1 pts ).

Le département des Ardennes est le plus touché de la région avec un taux d’emploi des femmes en âge de travailler (15-64 ans) très bas : 53,5 %, contre 61% au niveau national. Le Bas-Rhin en revanche fait partie des têtes de liste avec un taux suppérieur à la moyenne française (62,3%) Des chiffres qui s'expliquent par le niveau de diplôme mais également par les caractéristiques locales du marché du travail (par exemple la prépondérance de secteurs d'activité considérés plus féminisés)

LES VOSGES S'EN SORTENT un peu mieux

 

Les Vosges en revanche affichent des résultats parmi les meilleurs du Grand-Est. L'écart entre les taux d'emploi féminin et masculin y est de -6,4 points, soit un écart inférieur à la moyenne nationale (-6,7 points). Selon l'INSEE, ces chiffres peuvent s'expliquer par la surreprésentation d'activités assez féminisées, comme le commerce du détail, l'hébergement ou la fabrication du textile.

Dans la région Grand-Est, le taux de chômage déclaré des femmes entre 25 et 54 ans est approximativement le même que celui de la moyenne française (11% dans le Grand Est et France métropolitaine, 11,1% en province). Sur ce point, le département des Vosges est encore plus bas dans le classement. En effet, 12,4% des femmes en âge de travailler sont déclarées chômeuses. Cependant il s'agit plutôt d'une tendance générale puisque l'écart entre les taux de chômage chez les femmes et chez les hommes est très faible. (Voir tableau ci-dessous)

 

Concernant les inégalités salariales, c'est en Moselle et dans le Haut-Rhin qu'elles sont le plus marquées. Le Grand-Est est d'ailleurs la troisième région de l'hexagone où l'écart est le plus marqué (après l'Auvergne-Rhône-Alpes et la Provence-Alpes-Côtes d'Azur). En effet, en 2015, le salaire net annuel moyen des femmes (en équivalent temps plein) s’élève à 21 365 euros, contre 26 760 euros pour les hommes, soit 20,2 % de moins, contre 18,7% pour la moyenne nationale.

Dans les Vosges, le salaire moyen des femmes est de 20 113 euros contre 24 617 pour les hommes (voir tableau ci-dessous), soit un écart de 18,3%.

De manière générale, les disparités salariales touchent d'avantage les cadres et professions intellectuelles supérieures que les employés. Rappelons que dans le département, 8,3% de femmes ont le statut de cadre, contre 11,3% d'hommes. Un écart relativement faible au regard des chiffres régionaux (11% contre 15,5%).

Source : INSEE

Anaïs GALL

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire