Mission Patrimoine : le Premier château des Princes de Salm à Senones site emblématique de la Région Grand Est !

Publié le Mardi 15 Mars 2022

La Mission Patrimoine portée par Stéphane Bern, déployée par la Fondation du patrimoine et soutenue par le ministère de la Culture et la FDJ a annoncé ce mardi matin que le Premier château des Princes de Salm à Senones a été sélectionné pour la région Grand Est (et sera donc le seul site d'envergure régionale, lire ci-dessous)..

Une annonce faite à l’occasion de la publication des 18 sites emblématiques des régions de métropole et d’outre-mer qui bénéficieront du soutien financier de l’édition 2022 du Loto du Patrimoine. Le montant de la dotation de chaque site sera annoncé lors des prochaines Journées européennes du patrimoine.

Rappels historiques

Senones, ancienne Principauté de Salm-Salm entre 1751 et 1793, possède un centre historique d’une richesse patrimoniale remarquable dont une abbaye fondée au VIIe siècle et des bâtiments liés à son histoire princière.
En 1751, la ville de Senones devient capitale de la Principauté de Salm créée par le Traité du 21 décembre signé entre les représentants de Louis XV, Stanislas Leszczynski et Louis Charles Othon, fils aîné de Nicolas Léopold, le futur Prince régnant.
Le Prince Nicolas Léopold décide d’installer sa capitale à Senones et pour cela fait construire en 1754 le Premier château et les bâtiments nécessaires à l’administration de la principauté. Ce château, qui fait face à l’ensemble abbatial, occupe une place déterminante dans le plan de la ville du XVIIIe siècle.


ll est occupé jusqu’à la construction du Deuxième château par le prince Louis-Charles-Othon en 1775. Après le départ des princes, c’est l’intendant de la principauté Nicolas-François de Bilistein qui l’occupe. Il est alors percé d’un passage charretier en 1781 et sert de pavillon d’entrée au château. Le Premier château subit un réaménagement au début du XIXe siècle.

En 1894, un premier incendie ravage la toiture mansardée, vite remplacée par une toiture en pavillon. Mais cent ans plus tard, en 1994, un deuxième incendie fait disparaître l’ensemble de la toiture et une grande partie des planchers. Classé aux Monuments historiques en 1997, le bâtiment en ruine devient inhabitable et est laissé à l’abandon dans l’attente d’une éventuelle restauration.

Vers une renaissance

Courant 2020, la commune de Senones est devenue propriétaire du bâtiment avec l’objectif de sauvegarder ce patrimoine reconnu comme une pièce maitresse de l’urbanisme de la commune. En décembre 2020, une dalle intérieure s’écroule côté nord. En juin 2021, un nouvel effondrement emporte l’angle nord-est du plancher béton restant, déstabilisant encore d’avantage l’édifice, notamment le mur nord.

Une étude montre l’extrême fragilité et l’équilibre précaire de plusieurs ouvrages en place, faisant craindre d’autres effondrements à très court terme, et des dégâts plus importants à court et moyen terme. La restauration et la sécurisation de l’édifice deviennent primordiales. En outre, la route qui traverse le passage charretier étant fermée depuis décembre 2020, la commune est scindée en deux.

L’ampleur des travaux est telle que plusieurs tranches de travaux sont envisagées. Parmi les priorités se trouvent la consolidation de l’existant, la sécurisation du site et des travaux d’étaiement (travaux d’urgence lancés en décembre 2021). Ensuite, il faudra mettre le bâtiment hors d’eau avec la restitution de la charpente, toiture et des menuiseries, aujourd’hui complètement disparues.

645 sites soutenus depuis 2018

En septembre 2017, le président de la République a confié à Stéphane Bern une mission d’identification du patrimoine en péril et de recherche de nouvelles sources de financement pour le restaurer. De cette initiative est né le Loto du Patrimoine dont le produit a été attribué à la Fondation du patrimoine. Une opération originale qui a suscité dès son lancement l’engouement des Français : 4 800 sites en péril ont ainsi été signalés sur la plateforme participative www.missionbern.fr et des millions de joueurs participent chaque année, en jouant aux jeux de grattage et de tirage Mission Patrimoine de FDJ, à la sauvegarde du patrimoine.



Les sites peuvent également bénéficier de collectes de dons et de mécénats sous réserve de leur éligibilité et, pour ceux protégés au titre des Monuments historiques, de subventions du ministère de la Culture.

Après dépôt des candidatures sur le site www.missionbern.fr puis instruites par les délégations départementales et régionales de la Fondation du patrimoine, les projets sont sélectionnés par un comité qui se réunit deux fois par an. 18 projets emblématiques (un par région et collectivité d’outre-mer) et un projet par département sont retenus chaque année, selon leur intérêt patrimonial et culturel, leur état de péril, la maturité du projet et son impact sur le territoire et le projet de valorisation.
Participent également au premier examen le ministère de la Culture, au travers de ses Directions régionales des affaires culturelles (Drac) et certaines associations telles La Demeure historique, Vieilles Maisons Françaises ou Rempart.

Depuis la première édition en 2018, la Mission Patrimoine a aidé 645 sites pour leurs travaux de restauration, dont 90 projets emblématiques du patrimoine régional et 555 sites départementaux. Aujourd’hui, plus de la moitié (363) sont d’ores et déjà sauvés ou sur le point de l’être : 156 sont terminés et 207 chantiers sont en cours.

Loto du Patrimoine : 28 millions d’euros collectés en 2021

L’édition 2021 du Loto du Patrimoine a battu un nouveau record en collectant plus de 28 millions d’euros ! Depuis son lancement en 2018, il a apporté 100 millions d’euros à la Mission Patrimoine. Depuis la première édition de la Mission Patrimoine, ce sont 182 millions d’euros qui ont permis d’aider les travaux de restauration de l’ensemble des sites retenus depuis l’origine :

- 109 millions mobilisés entre 2018 et 2021 et affectés au fonds Mission Patrimoine géré par la Fondation du patrimoine, dont plus de 100 millions d’euros issus du Loto du Patrimoine;
- 58 millions d’euros de crédits dégelés du ministère de la Culture pour les projets protégés au titre des Monuments historiques;
- 15 millions d’euros de dons, de mécénats d’entreprises et de ressources propres de la Fondation du patrimoine affectés aux projets de la Mission.

Ludovic Bisilliat (avec communiqué de la Fondation du patrimoine)

A revoir : notre reportage de février dernier sur l'ancien atelier de charron de Bouxurulles, le projet vosgien retenu dans le cadre du Loto du Patrimoine 2021.

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire