Le préfet rappelle les mesures de lutte contre l'épidémie dans les commerces

Publié le Jeudi 5 Novembre 2020

Alors que les Français sont reconfinés depuis bientôt une semaine et que les commerces dits « non-essentiels » ont été sommé de fermer leurs portes aux clients, le préfet des Vosges tient à rappeler que les commerces essentiels, tels que les grandes surfaces, se doivent de respecter certaines règles pour éviter la concurrence déloyale vis-à-vis des commerçants locaux.

Dans un communiqué adressé à la presse, la Préfecture des Vosges rappelle que des normes ont été mises en place dans les supermarchés et que ces derniers sont tenus de s'y tenir. Ainsi, ils doivent respecter les consignes suivantes :

  • une jauge de 4m2 par client, pour garantir le strict respect des gestes barrières au sein des établissements, ; cette jauge vaut pour l’ensemble des commerces.
  • seuls les rayons proposant des produits de première nécessité pourront rester ouverts dans les grandes surfaces pour éviter au maximum les déplacements.

Pour limiter la concurrence avec les commerces de proximité, fermés pour au moins un mois, le gouvernement a été donc décidé que les gammes de produits suivants ne pourront plus être accessibles en rayon (mais seront toujours proposés à la vente en ligne ou en drive) :

  • les rayons jouets et décoration,
  • les rayons d’ameublement
  • la bijouterie/joaillerie
  • les produits culturels (livres, CD et DVD, jeux vidéo),
  • les articles d’habillement et les articles de sport (hors cycles)
  • les fleurs
  • le gros électroménager

À l’inverse, les produits jugés essentiels dans les rayons suivants, continueront à être proposés à la vente dans les supermarchés et les hypermarchés :

  • les denrées alimentaires et les boissons,
  • les produits de quincaillerie (dont les articles de cuisine, le petit électroménager, les piles et les ampoules) et de bricolage,
  • la droguerie (produits de lavage et d’entretien et articles pour le nettoyage),
  • les dispositifs médicaux grands publics et les masques,
  • les articles de puériculture y compris les habits pour les nouveau-nés et les nourrissons,
  • la mercerie,
  • la papeterie et la presse,
  • les produits informatiques et de télécommunication,
  • les produits pour les animaux de compagnie,
  • les produits d’hygiène, de toilette et beauté (articles d’hygiène corporelle, déodorants, rasages, produits pour les cheveux, maquillage etc.) ;
  • les graines et engrais et les produits d’entretien des véhicules.

Pour vérifier la bonne application de ces règles, la Préfecture des Vosges assure que des contrôles seront réalisés dès ce jeudi dans les grandes surfaces du département.

De la même manière, la préfet a tenu à rappeler quels étaient les services encore autorisés ou non à domicile : « les prestations de services de « confort » à domicile (coiffure, soins esthétiques, etc.) et les cours à domicile hors soutien scolaire (enseignement artistique, cours de sport, etc.) ne sont pas autorisées. En revanche, les services à la personne (garde d’enfant, assistance aux personnes âgées et aux personnes handicapée, entretien du domicile, livraison de repas, linge et courses, assistance informatique et administrative) et l’intervention à domicile de professionnels pour des travaux (plombiers, chauffagistes, peintres etc.) sont toujours autorisés. »

Des aides pour les commerçants

Dans son communiqué, le préfet rappelle que la vente en ligne demeure ouverte aux commerçants locaux et met l'accent sur l'importance de la plate-forme Locappy développée par la Chambre de Commerce et d'Industrie des Vosges.

Dans cette logique, des mesures de soutien aux entreprises et aux commerçants leur seront désormais apportées pour développer la vente en ligne :

  • les ventes réalisées sur internet et collectées en magasin ne seront pas prises en compte dans le calcul du chiffre d’affaires qui donne accès au fonds de solidarité ;
  • une enveloppe de 100 millions d’euros sera consacrée à la numération des commerces.

Enfin, pour les commerçants en situation de grande fragilité économique, un nouveau numéro d’appel (0806 000 245) est mis en place, en complément de la plate-forme internet déjà existante, afin de les informer face à la crise sanitaire et les orienter vers différentes aides d’urgences mises en place. Il est accessible du lundi au vendredi de 9 à 12 heures puis de 13 à 16 heures.

Anaïs Gall (avec le communiqué)

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire