Soutiens syndicaux et politiques au mouvement des gilets jaunes

Publié le Vendredi 16 Novembre 2018

A la veille des blocages du samedi 17 novembre initiés par les "gilets jaunes", plusieurs organisations, syndicats ou partis politiques, qui n'ont aucun lien entre elles, affichent leur soutien aux manifestations pour différentes raisons.

 

Pour la FDSEA, Fédération départementale des syndicats des exploitants agricoles et les JA88, les Jeunes Agriculteurs, "la récupération syndicale ou politique ne doit pas avoir lieu" mais ils comprennent  que "derrière la colère qui s’exprime sur le carburant, c’est aussi le ras-le-bol des territoires ruraux qui explose à la vue de tous" et la soutiennent en ce sens.

Côté politique cette fois, l'antenne départementale de Debout la France a également pris position, logiquement, en faveur des manifestations du 17 novembre. Le parti de Nicolas Dupont-Aignan défendant "depuis toujours (...) les automobilistes face aux différentes formes de racket dont ils (les automobilistes ndlr) sont la cible" .

Retrouvez ci -dessous l'intégralité des communiqués de la FDSEA+JA88 et de Debout La France Vosges.

Communiqué de la FDSEA et des JA88 :

" FDSEA+JA88, solidaires du malaise de la ruralité "

Même si, grâce à l’action continue FNSEA + JA, le prix du gazole agricole reste maîtrisé par rapport à celui payé par les particuliers, les agriculteurs sont sensibles à la mobilisation de leurs concitoyens dans la rue ce samedi. Pour autant, la récupération syndicale ou politique ne doit pas avoir lieu. Nous ne la cautionnerons pas.

Car derrière la colère qui s’exprime sur le carburant, c’est aussi le ras-le-bol des territoires ruraux qui
explose à la vue de tous. Le ras-le-bol de tous les ruraux qui n’ont aucun autre choix que de prendre leur voiture pour aller travailler, de tous ceux qui se sentent aujourd’hui citoyens de seconde zone car laissés de côté par les politiques publiques. Où sont les promesses de couverture médicale, de transports publics, d’écoles, d’accès aux services publics, d’accès au réseau mobile ou Internet, de vitalité économique des territoires ?

JA+FNSEA, nous appelons solennellement le Gouvernement à s’attaquer immédiatement à ce décalage entre les discours hors-sol et la réalité de notre quotidien à la campagne, un décalage qui pourrait se muer en rupture. Il doit de toute urgence recréer des ponts avec le monde rural en lui redonnant perspectives et fierté. Il doit entendre la voix de ceux qui font vivre 80 % du territoire national et créent 55% des emplois...

Cela passe par de l’écoute, par de la considération, mais surtout par des actes. Cela passe certainement aussi par une plus grande reconnaissance du rôle des corps intermédiaires qui sont des porte-voix légitimes et qui ont la capacité de porter des revendications claires et construites.

Et les attentes des agriculteurs sont fortes : des prix rémunérateurs qui passent impérativement par une juste répartition de la valeur ajoutée, une compétitivité retrouvée et une cohérence dans les politiques menées qui doit faire cesser à la fois l’importation de l’agriculture que nous ne voulons pas et la mise à l’index permanente des agriculteurs et de leurs pratiques !

L’urgence est à la justice territoriale. L’urgence est à l’égalité des chances pour la ruralité !

Communiqué de Debout La France Vosges

"Taxes sur les carburants : Communiqué pour soutenir la mobilisation du 17 novembre"

Debout La France Vosges soutient la mobilisation citoyenne du 17 novembre contre la hausse des taxes sur les carburants.

Depuis toujours, Debout La France et Nicolas Dupont-Aignan défendent les automobilistes face aux différentes formes de racket dont ils sont la cible : privatisation des autoroutes et hausses des tarifs des péages dès 2006, multiplication et privatisation des radars sur les routes, réduction à 80km/h de la vitesse imposée, projets de péages à l’entrée des villes, hausses des taxes sur les carburants… nos dirigeants prennent les automobilistes pour des vaches à lait !

Aujourd’hui, les taxes représentent 60% du prix à la pompe. Pour un plein moyen de diesel à 70€, Emmanuel Macron va ajouter 10€ de taxes supplémentaires d’ici 2022 alors qu’elles ont déjà été augmentées de 10€ depuis 2015 par François Hollande et Ségolène Royal.

Face à ce nouveau racket fiscal maquillé en mesure « écologique », Nicolas Dupont-Aignan et Debout La France Vosges soutiennent la mobilisation citoyenne du 17 novembre. Ils proposent des solutions concrètes pour concilier une écologie efficace avec la préservation du pouvoir d’achat des Français : annuler les hausses de taxes Macron en 2018, aligner par le bas les taxes sur l’essence avec le diesel, financer ces mesures par les gains de TVA liés à la hausse du prix du baril, etc.

Les cadres, adhérents et sympathisants de Debout la France Vosges se rendront et resteront présents ce samedi 17 novembre, sur les manifestations partout dans le département.

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire