Suppression de la ligne de TGV OuiGo entre Nancy et Paris : le Département monte au créneau

Publié le Vendredi 3 Septembre 2021

Suite à l'annonce par la SNCF  de la suppression d’ici le mois de décembre 2021 de la ligne TGV OuiGo reliant Nancy à Paris, les réactions politiques pour dénoncer cette décision comme celle du maire d'Epinal Patrick Nardin se multiplient. François Vannson, président du Conseil départemental des Vosges et le maire de Nancy Mathieu Klein cosignent un courrier qui sera envoyé au Président de la SNCF, Jean Pierre Farandou.

Il y dénoncent un demantèlement de l'offre de services vers Nancy et le Sud Lorrain,  une injustice vis-à-vis des territoires concernés et des populations les plus modestes dont estudiantine, sans oublier l'aspect écologique. Extrait à retrouver ci-dessous.

« La desserte ferroviaire de la Lorraine n’a cessé au cours de ces dernières années de subir une dégradation continue aboutissant notamment à la réduction des fréquences TGV vers Paris, mais également des dessertes vers l’ouest depuis la gare Lorraine-TGV, et la suppression des liaisons Sud notamment la ligne Metz-Nancy-Lyon-Marseille.

L’ajustement de l’offre SNCF pour cette rentrée 2021 – 2022 marque une nouvelle étape dans ce qui s’apparente à un véritable démantèlement de l’offre de service vers Nancy et le sud Lorrain avec une fin programmée en 2022 des deux liaisons quotidiennes TGV Ouigo de Nancy vers Paris sans justification tangible.

En tant que groupe public bénéficiaires des moyens de l’Etat dans le cadre du plan de relance à hauteur de plusieurs milliards d’euros, une telle décision, si elle venait à être confirmée, représenterait une double injustice : d’une part une nouvelle dégradation de service et d’autre part la privation de fonds publics en faveur des lorrains dans le cadre de la relance et le développement du ferroviaire tel que fixé par la loi d’orientation des mobilités.

En outre, la Métropole du Grand Nancy accueille plus de 55 000 étudiants et constitue le second pôle étudiant du Grand Est. Comment justifier dans ces conditions qu’une offre Ouigo justement adaptée à ce type de clientèle soit supprimée, les excluant, ainsi que nombre de personnes aux revenus modestes, de fait d’un accès à la mobilité pour tous ?

Depuis le lancement, sous l’égide d’Elisabeth Borne, Ministre des Transports, le 1er juillet 2019 du Grenelle des mobilités en Lorraine, la Région Grand Est et les collectivités territoriales du Pôle métropolitain du Sillon travaillent ensemble sur les enjeux d’accessibilité de la Lorraine. Une telle suppression, si vous deviez la confirmer, serait assimilée à un profond mépris du travail engagé et des territoires que nous représentons. 

Enfin, à l’heure où les enjeux de transition écologique sont au cœur des préoccupations tant des habitants que des pouvoirs publics, le transport ferroviaire représente l’une des solutions pour réduire notre empreinte carbone. Toute réduction de cette offre s’inscrirait à l’opposé de ces objectifs de transition écologique.

Nous nous opposons à cette nouvelle dégradation de la desserte du bassin de Nancy et vous demandons de surseoir à cette décision pour l’intérêt de l’ensemble des habitants du sud Lorrain.  Nous sommes ouverts à un dialogue constructif avec vous et vos équipes. »

(crédit photo : creative commons)

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire