Un collectif demande la régularisation des familles déboutées du droit d'asile

Publié le Vendredi 24 Avril 2020

S'appuyant sur l'exemple portugais, un collectif d'associations (Amnesty, La ligue des droits de l'homme, Comité anti-racisme de Gérardmer...) et organisations (partis politiques, syndicats) vosgiennes demandent au Préfet des Vosges la régularisation des familles déboutées du droit d'asile en cette période d'épidémie.

Fin mars, le Portugal a en effet décidé de prolonger les droits de milliers de personnes qui avaient fait une demande de régularisation et dont les démarches administratives ont été stoppées net après la fermeture des services compétents consécutivement à l'épidémie de Covid-19.

Pour le collectif vosgien (liste des signataires en bas de page), cela doit permettre à ces  demandeurs d'asile d'accéder aux soins pour se soigner et se protéger eux-mêmes et donc l'ensemble de la société, mais aussi pour participer à l'effort économique du déconfinement : la plupart de ces familles étant "parfaitement intégrées" avec des enfants souvent scolarisés et des parents qui ont eu des propositions d'embauche.

Retrouvez-ci dessous l'intégralité de la lettre adressée au Préfet des Vosges et la liste des organisations signataires.

N. Brédard

Photo : archives vià Vosges

"Monsieur le Préfet,

Dans le prolongement de l'alerte déclenchée par des députés de tous les horizons politiques, nous vous demandons solennellement, Monsieur le Préfet, de prendre les mêmes mesures que celles prises par le gouvernement portugais, lequel a décidé ces derniers jours de régulariser des familles déboutées du droit d'asile.

Pour rappel, le Premier ministre portugais Antonio Costa a en effet décidé de les régulariser non seulement pour les protéger du covid-19, mais aussi pour protéger la population. « Les régulariser leur permet d’accéder au système national de santé afin qu’ils soient eux-mêmes protégés et qu’ils puissent protéger les autres ». Il s'agit de donner à toute personne présente sur le territoire, quelle que soit sa situation administrative, les mêmes droits pour l’accès aux soins ! Car, sans accès aux soins, il y a un risque de propagation de la pandémie ... C'est donc l'intérêt de tout le monde. Nous sommes persuadés qu'être solidaire, « c'est protéger l'ensemble des personnes sur son territoire et que c'est une mesure de salubrité publique qui protège tous les habitants ».

Dans les Vosges, nous connaissons plusieurs familles ou jeunes déclarés majeurs qui sont en France depuis plusieurs années, pour certains sans droit d’accès à la santé.

La plupart d'entre elles sont, de fait, parfaitement intégrées. Les enfants sont scolarisés depuis leur arrivée en France et les parents ont des propositions d'embauche. Certaines personnes ont même produit des fiches de paie, des jeunes ont des contrats d'apprentissage. Ces familles remplissent d'ailleurs les conditions d'admission stipulées dans la « circulaire Valls ».

Par ailleurs, nous devons tous, dés maintenant, préparer la sortie du confinement, notamment en régularisant les personnes évoquées. En effet, elles vivent la période de confinement avec nous et dans des conditions bien plus difficiles. Enfin, les entreprises auront besoin de redémarrer très vite et devront embaucher dans le bâtiment, dans l'agriculture, dans les services d'aide à la personne... Ces familles sont connues de nos réseaux et sont disponibles tout de suite.

Nous sommes persuadés que vous nous suivrez sur les deux aspects de notre demande : la santé publique et le besoin de l'économie.

Nous restons à votre disposition pour tout complément et échange et, dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en nos respectueuses et confinées salutations.

Les organisations signataires, à ce jour, par ordre alphabétique :
Amnesty 88, Asil'Accueil 88, ATTAC Vosges, CCFD- Terre Solidaire, Comité Antiracisme de Gérardmer, Conférence Saint-Vincent de Paul, Europe Ecologie les Verts, FSU 88, France Insoumise 88, Jonas Vosges, LDH section d'Epinal, LDH section de Gérardmer, association Horizon, NPA88, PCF88, SNUipp FSU 88, Solidaires88, ULCGT Epinal"

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire