Voitures-radar privées : déploiement dans les Vosges ce mardi 1er mars !

Publié le Lundi 28 Février 2022

La décision de confier la conduite de voitures-radar à des opérateurs privés a été validée en 2015 par le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) avec deux objectifs majeurs : allonger les plages horaires de ce mode de contrôle et libérer du temps aux forces de l’ordre pour le consacrer à des tâches plus qualifiées (comme l’interception au bord des routes pour des contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiants).
Dans les Vosges, ce dispositif est déployé à compter de ce mardi 1er mars, indique ce lundi la préfecture dans un communiiqué.

La vitesse en cause dans 13 de 22 accidents mortels en 2021

‘‘En France, la vitesse excessive ou inadaptée est en cause dans un accident mortel sur trois. En 2021 dans les Vosges, la vitesse était en cause dans 13 des 22 accidents mortels, soit 60 % des accidents.

Les trajets réalisés et les plages horaires de contrôle ont été fixés par les services de l’État, en fonction uniquement des critères d’accidentalité locale. Environ 1 000 km de routes vosgiennes représentant 50 % de l’accidentalité au cours des dix dernières années ont ainsi été identifiés.

Dans le Grand Est, la société titulaire du marché de conduite des véhicules-radar est la
société Mobiom, société du groupe Challancin. Les prestataires ne sont pas rétribuées au nombre d’infractions détectées. Lorsque la voiture-radar circule, son conducteur ignore tout de l’activité de constatation des excès de vitesse, totalement autonome. Il en va de même pour l’entreprise, qui ne peut ni accéder aux clichés de verbalisation, ni connaître le nombre d’infractions constatées. Les données relevées sont envoyées de façon cryptée aux officiers de police judiciaire en charge de la verbalisation du Centre automatisé de constatation des infractions routières de Rennes, les mêmes que pour les radars fixes et les voitures-radar encore conduites par des forces de l’ordre.

Marges de tolérance supérieures

S’agissant de matériel de mesures de la vitesse en déplacement, des marges de tolérance supérieures sont retenues : 10 km/h en plus de la vitesse autorisée ou 10 % au-delà de 100 km/h. Toute personne normalement attentive aux limitations de vitesse peut donc rouler sans crainte d’être verbalisée’’.

Ludovic Bisilliat (photo www.securite-routiere.gouv.fr)

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire